Voiture d’occasion sous clé ? Aucune responsabilité de l’acheteur

De nos jours, il y a de plus en plus de gens qui décident d’acheter des voitures d’occasion, mais malheureusement il y a autant de problèmes qui peuvent survenir. Mais très souvent, par manque d’information, ceux qui achètent sur le marché de l’occasion ne connaissent pas toujours leurs droits.

Tout d’abord, le consommateur doit savoir que les biens utilisés bénéficient également d’une garantie d’un an, pendant laquelle il peut faire valoir contre le vendeur tout défaut de la chose. Aujourd’hui, cependant, nous voulons nous pencher plus particulièrement sur une affaire qui a été portée devant les tribunaux. Il s’agit d’un litige porté par un client qui a acheté une voiture d’occasion chez un concessionnaire. Jusqu’à présent, tout semble normal… le problème est apparu après un contrôle normal de la police de la circulation, qui a permis à l’acheteur d’apprendre que le véhicule était soumis à une détention administrative.

 

Que faire dans ce cas ?

L’acheteur a poursuivi le concessionnaire en demandant la résiliation du contrat et la condamnation de la concessionnaire à payer une indemnisation pour les dommages et le remboursement du prix payé. La demande a été accueillie par le juge.

Le concessionnaire contesté a fait valoir qu’au moment de l’achat, étant donné que la voiture était le résultat d’une vente aux enchères judiciaire, l’acheteur aurait dû avoir connaissance de l’immobilisation et aurait également dû effectuer les vérifications appropriées en consultation avec Pra. Le tribunal a rejeté l’appel, soulignant que la détention constitue une contrainte réelle sur les biens meubles immatriculés et est de nature à déterminer une indisponibilité partielle du véhicule jusqu’au paiement de la dette.

La contrainte de cette affaire remonte à l’art. 1489 du Code civil italien, qui prévoit que  » si la chose vendue est grevée de charges ou de droits personnels réels ou non apparents qui en diminuent la libre jouissance et n’ont pas été déclarés dans le contrat, l’acheteur qui n’en a pas eu connaissance peut demander la résiliation du contrat ou une réduction du prix « . L’acheteur n’est pas responsable du défaut de consultation du Pra, afin de vérifier s’il y a ou non un arrêt administratif ou d’autres contraintes sur le véhicule, car il s’agit d’un comportement de contrôle ne relève pas de la sphère de la diligence ordinaire requise de l’acheteur.

Bonjour, Je m’appelle Laura et je suis journaliste de presse. Ma passion ? Ecrire des articles sur tout types de sujets !

Laura

Bonjour, Je m’appelle Laura et je suis journaliste de presse. Ma passion ? Ecrire des articles sur tout types de sujets !

More Posts

Laura

Bonjour, Je m’appelle Laura et je suis journaliste de presse. Ma passion ? Ecrire des articles sur tout types de sujets !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *