Modification du statut : d’accord pour le deuxième vote, mais il manque encore un passage à approuver

Il a obtenu 21 voix pour et 2 abstentions au Conseil, le deuxième vote pour la modification et l’adaptation du statut municipal, afin de permettre aux conseillers de faire un troisième mandat. Riccardo Pozzi, les abstentionnistes Giulia Vitali et Ilaro Barbanti, l’opposition (Centrodestra et M5S) a également quitté la salle au moment du vote.

Comme il s’agissait du deuxième vote, la majorité absolue a nécessité 17 voix. Mais la résolution n’a pas encore obtenu le feu vert, un vote au Conseil (qui se tiendra le lundi 18 mars) sera encore nécessaire pour son approbation finale. Dans le cadre du débat, le conseiller Dario Andreolli (Ncd) a réitéré tous ses doutes : « Une majorité peut décider de voter sur une modification au statut, c’est un choix légitime, mais non obligatoire. Ce qui est en jeu ici, c’est le fait que nous sommes en train d’adopter un ajustement législatif, qui n’est pas obligatoire, un choix qui est, en fait, entièrement politique. Je pense également que l’amendement proposé arrive au mauvais moment. Andreolli n’avait pas participé au vote au moment du vote.

Riccardo Pozzi (Engagement commun) croit fermement en l’importance du renouveau :  » surtout en politique et dans les institutions – il l’a rappelé dans son discours – Dans ma génération, qui a 18 à 35 ans, 70% des jeunes ne votent pas. Je pense que si la politique ne s’attaque pas à ce problème, elle perd. Pour essayer de leur parler, il faut d’abord amorcer un processus de renouvellement, à partir de ceux qui occupent des postes, de ceux qui exercent une activité politique ». A propos de la délibération : « Bien que je reste convaincu que le choix du moment est erroné, je pense qu’il est important de noter que la majorité s’est exprimée de manière forte et plurielle lors du dernier vote, de sorte que, tout en restant sceptique quant aux méthodes et au calendrier de ces changements, ma déclaration sera aussi positive que les autres membres de la majorité.

Federico Alessandrini (M5S) a rappelé comment le secrétaire général vient d’une municipalité, celle d’Appignano, où pour les conseillers il y a encore la limite des deux mandats. Pour Alessandro Bettini (Fi)  » il n’y a pas de loi d’état qui oblige les municipalités à adapter le statut, il n’y a que quelques avis du ministère de l’Intérieur, nous avons donc notre autonomie pour le maintenir. Le débat pourrait donc être reporté à la prochaine législature. Je ne voterai pas en sa faveur parce que je pense qu’il aurait dû être présenté au début de la législature et non un mois après la fin de l’activité administrative. Et je n’aime pas celui-là. Il a un goût électoral. Nous avons eu tant d’années pour le faire…. était-ce un must ? Ne pourrions-nous pas attendre le début du nouveau mandat ? »

Barbanti a également rappelé que cela fait 4 mois que des coupons ont été payés aux conseillers municipaux  » et c’est une chose extrêmement désagréable, car je crois que les conseillers municipaux ont la même dignité que les maires et les conseillers municipaux. Je crois que l’activité d’un conseiller est fondamentale dans le contexte du Conseil ». Le Conseil municipal a ensuite approuavé à l’unanimité, après avoir été amendé, une motion d’urgence qui avait été présentée par les conseillers Pazzaglia, Andreolli et Dallasta, demandant à la ville de Pesaro de rejoindre la campagne « sans plastique » promu par le ministère de l’Environnement.

Bonjour, Je m’appelle Laura et je suis journaliste de presse. Ma passion ? Ecrire des articles sur tout types de sujets !

Laura

Bonjour, Je m’appelle Laura et je suis journaliste de presse. Ma passion ? Ecrire des articles sur tout types de sujets !

More Posts

Laura

Bonjour, Je m’appelle Laura et je suis journaliste de presse. Ma passion ? Ecrire des articles sur tout types de sujets !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *